VOUS ÊTES SUR LE SITE DES USAGERS DES TRANSPORTS PUBLICS EN SUD-ARDÈCHE

Alors que le « projet de loi pour un nouveau pacte ferroviaire » a été présenté cette semaine en Conseil des ministres, le journal Le Monde a publié jeudi 14 une tribune : « Réserver le ferroviaire aux seules grandes villes ne ferait que créer de nouveaux territoires abandonnés de la République ». C’est peu dire que la défense des lignes de proximité fait consensus : en à peine deux jours, le texte avait déjà réuni la signature d'une trentaine de collectifs de voyageurs dans toute la France, dont le CUTPSA et le Collectif pour la Réouverture de la Rive Droite du Rhône aux Trains de Voyageurs, de trois des grandes centrales syndicales représentatives de cheminots (CFDT, CGT, Sud Rail), et d'élus de tous mandats et de tous bords politiques, de droite à gauche en passant par la majorité.

Alors que le gouvernement a annoncé ne pas vouloir décider la fermeture de 9000 kilomètres de lignes « depuis Paris », la tribune dénonce le risque d'un abandon caché. En transmettant la patate chaude aux régions sans leur transmettre les moyens financiers, on se retrouverait avec de nouveaux territoires abandonnés de la République. En clair, ça sera le train pour les régions les plus riches, et le tout-routier pour les autres, avec les conséquences que l'on connaît en termes de pollution, d'accidents et de congestion.

Un renouveau du ferroviaire est possible

Deux solutions existent pour l'avenir des lignes de proximité. La disparition est la solution la plus simple car elle évite de réfléchir. C'est en substance la teneur du message véhiculé par le rapport Spinetta. L'autre nécessite un peu plus d'intelligence pour la mettre en œuvre : miser, un peu, sur la maîtrise des coûts et, surtout, sur l'augmentation du trafic sur les lignes dont le potentiel est très loin d'être capté car le service offert n’est pas assez attractif. C'est pourquoi les signataires de la tribune demandent à l'État de jouer son rôle d'aménagement du territoire, en menant une politique plus volontariste en faveur du train. Celle-ci pourrait s'appuyer sur :

- le financement de la rénovation des lignes de proximité, en développant l'offre et les services, notamment la complémentarité avec le vélo, pour faire revenir de nombreux voyageurs.

- un renouveau des trains classiques de jour et de nuit, avec des liaisons transversales, régionales et internationales permettant de valoriser les lignes de proximité pour les liaisons longues distances.

- la mise en place d'une véritable fiscalité écologique pour remettre les camions sur les rails et financer la transition écologique dans les transports.

 Pour ce qui concerne notre situation en Ardèche, déjà désert ferroviaire depuis de nombreuses années, cela doit se décliner par:

-la réouverture rapide de la rive droite aux trains de voyageurs, dont un financement à hauteur de 20 M€ (10 M€ région et 10 M€ état) pour une réouverture en 2017 a été votée le 8 mai 2015 par la région dans le cadre du volet ardéchois du Contrat de Plan État-Région, et dont la région Occitanie a décidé la réouverture pour la partie gardoise dans les mois prochains.


-la perspective de réouverture de lignes pénétrantes vers Annonay, Privas, Aubenas, Vallon Pont d'Arc, comme cela avait été voté par la région Rhône-Alpes dans son Schéma Régional des Infrastructures de Transports. (En PJ une carte du projet de réseau extraite du SRIT).

-la réouverture des boutiques SNCF

Le Collectif de l'étoile ferroviaire de Veynes a mis en ligne une pétition pour éviter la fermeture de la ligne Grenoble-Gap.

A signer ici: http://chn.ge/2F7Tnob

 

Suite aux dysfonctionnements récurrents que nous rencontrons  pour avoir des horaires et prendre des billets sur le site Voyage-SNCF pour un des points d'arrêt de la ligne 73 (Valence-Privas-Aubenas), nous avons rencontré ce matin un responsable des lignes Drôme-Ardèche qui s'est engagé à prendre le problème en charge.

D'ici là, il faut faire les recherches sur: https://www.voyages-sncf.com et non pas sur https://www.voyages-sncf.com/billet-train qui dysfonctionne.

 

Samedi 9 décembre le CUTPSA était invité à participer à une émission sur la mobilité en Ardèche, intitulée: Les ardéchois sont-ils condamner à polluer ?

https://rcf.fr/vie-quotidienne/les-ardechois-sont-ils-condamnes-polluer

Cette émission avait lieu sur RCF, de 10 h 11 h, animée par Marie-Charlotte Laudier, avec pour invités: Sandrine Corso de Polénergie, Franck Pallier du Collectif des Usagers des Transports Publics en Sud-Ardèche, ainsi que Martine Guibert, nouvelle vice présidente aux transports de la région AURA.

Celle-ci s'est engagée à inviter les associations d'usagers à une réunion en décembre à la région, elle s'est prononcé pour la reprise du dialogue avec les usagers dans le cadre des Comité de mobilité, sans en définir le contour géographique et s'est engagée à réétudier la question de la rive droite. Elle a accepté que nous lui fassions passer l'étude que le Collectif pour la Réouverture de la Rive Droite du Rhône aux Trains de Voyageurs avait réalisée en 2014, démontrant la possibilité de réouverture pour 20 M€ et s'est engagé à ce que la région réétudie le dossier.

Nous jugerons rapidement de sa sincérité.

 

Monsieur Olivier Amrane, conseiller régionale
Monsieur Jean-Claude Flory, conseiller régional
Madame Virginie Ferrand, conseillère régionale
Madame Sandrine Genest, conseillère régionale
Madame Isabelle Massebeuf, conseillère régionale

 

vous n'êtes pas sans savoir les graves problèmes que les ardéchois rencontrent pour avoir accès aux informations et à l'achat de billets, pour les lignes Cars Rhône-Alpes, mais aussi pour l'achat de billets de trains, en particulier TER.

En effet,

  • la SNCF a décidé de fermer la boutique d'Aubenas et pour partie celle de la Voulte
  • le site SNCF voyage ne permet plus depuis des mois d'avoir accès ni aux horaires ni au billets au départ et à destination de l’ensemble des points d'arrêts de la ligne 73, Valence-Aubenas
  • les horaires des cars de la ligne 73 ne sont plus annoncés à la gare routière d'Aubenas
  • les cars des lignes ardéchoises ne sont plus annoncés à Valence TGV
  • a région a décidé début juillet sur proposition de la société Kéolis de changer les horaires de la ligne 73, réduisant les temps de parcours de manière totalement surréaliste, ce qui a occasionné pendant tout l'été des retards énormes, en particulier à Valence TGV, faisant rater à des dizaines d'usagers leur correspondance SNCF. Heureusement, les horaires, sous prétexte des travaux à Valence ont été remis à des temps de parcours plus réalistes, mais quel gâchis !

Par ailleurs, la Communauté d'Agglomération Privas Centre Ardèche a voté un ambitieux plan de mobilité transport début juillet dernier. Ce plan de mobilité nécessite pour être appliqué une concertation avec la région:

-pour une harmonisation tarifaire

-pour une discussion sur la redistribution éventuelle des services sur la ligne 73 entre les vallées de l'Ouvèze et de la Payre

-pour un cofinancement de liaisons La Voulte/Livron et Le Pouzin/Loriol

Depuis les dernières élections, les comités de ligne, ainsi que les rencontres que nous avions en temps qu'association d'usager 2 fois par ans avec la région et les transporteurs et qui permettaient de mettre les problèmes à plat en temps réel et de proposer des temps de parcours réalistes ont été supprimés. Pire, la région ne répond pas à nos sollicitations ! Quand nous faisons remonter les problèmes, et alors que les communes, le département s'opposent aux fermetures des boutiques, nous n'avons aucune prise de position de la région pourtant autorité organisatrice des transports en Ardèche ! La région ne répond pas non plus aux sollicitions de la CAPCA quand elle veut mettre à disposition de la population un service de transport ambitieux, qui répondra aux attentes et aux besoins locaux, risquant de mettre à mal les décisions votées au mois de juillet.

Aujourd’hui, nous vous interpellons car la région est l'autorité organisatrice de transports principale sur notre territoire, le budget transport représente d’ailleurs un tiers du budget régional ! Votre silence face aux graves dysfonctionnements, aux difficultés que nous rencontrons, déjà seul département de France privé de train est pour nous incompréhensible et insupportable.

Aujourd’hui, nous vous interpellons mesdames et messieurs les conseiller)e)s régiona(les)ux ardéchois(es) car la région est l'autorité organisatrice de transports principale sur notre territoire, le budget transport représente d’ailleurs un tiers du budget régional ! Votre silence face aux graves dysfonctionnements, aux difficultés que nous rencontrons, déjà seul département de France privé de train, est pour nous incompréhensible et insupportable.

Nous vous demandons d'intervenir auprès du président et de l’exécutif, et nous vous demandons à pouvoir vous rencontrer dans les plus brefs délais, afin de voir avec vous comment la région peut soutenir la population ardéchoise dans son besoin de transports publics et remettre en place les instances de concertation qu'étaient les comités de ligne.


: courrier adressé à Laurent Wauquiez, Patrick Mignola et Brice Hortefeux