VOUS ÊTES SUR LE SITE DES USAGERS DES TRANSPORTS PUBLICS EN SUD-ARDÈCHE

Suite à un l'interpellation d'un certain nombre d'usagers de la ligne cars AURA 73 (Valence-Aubenas) pour nous faire part de leur mécontentement des changements importants depuis la mise en place de la nouvelle grille horaire, nous proposons une rencontre avec eux

le mardi 11 février à 18 h

à la Maison des syndicats, 25 avenue de la gare à Privas,

afin de discuter de cette question et envisager comment nous pourrions être entendus par la région.

Les nouveaux horaires mis en place fin décembre, après l'arrêt desserte de la vallée de la Payre, ont apporté plusieurs modifications horaires importantes, la suppression de services et la suppression de l'arrêt Aubenas Boutique SNCF.

Plusieurs usagers se sont adressés à nous pour se plaindre de ces changements qui ajoutent pour certains beaucoup d'attente, pour d'autre beaucoup de marche à pied....

Nous ferons bien évidement remonter ces problèmes comme nous l'avons toujours fait. Cependant, nous ne pouvons encore une fois que déplorer l'absence de concertation avec nous de la part de la région et des transporteurs qui ont pris ces décisions sans jamais nous consulter.

Nous vous invitons à faire passer vos réclamations:

-sur le site des comités de mobilité: https://jeparticipe.auvergnerhonealpes.fr/transportsenregion

-à la région sur le site https://www.auvergnerhonealpes.fr/336-votre-avis-compte.htm

-à la société Kéolis sur le site: https://www.keolis-drome-ardeche.fr/contact

C'est la mauvaise surprise de ce début d'année 2019: nous avons appris par la CAPCA la semaine de Noël que l'agence Sélectour ne vendra plus les billetterie régionale à compter du 31 décembre 2018 !

Après les fermetures des boutiques SNCF d'Aubenas, Le Teil et la Voulte en grande partie, c'est un nouveau coup dur pour les ardéchois.

Pourtant la vente de titre régionaux avait été obtenu de haute lutte en 2011 suite à une pétition lancée par le CUTPSA qui avait obtenue 1200 signatures et la mobilisation des élus locaux ! Pour Sélectour, ce service n’était plus commercialement rentable.

Les usagers ont appris la mauvaise nouvelle en décembre en allant acheter leurs titres de transport. Pas l'ombre d'une communication par voie de presse par l'agence, ni par la SNCF ! La région, le transporteur de la ligne 73 et même le responsable local des lignes SNCF Drôme-Ardèche n'étaient à priori pas non plus au courant !

Encore une fois, la SNCF agit dans le plus grand mépris pour les usagers !

Pour notre part, nous avons immédiatement pris contact avec la région, la SNCF et le transporteur, afin qu'une solution soit trouvée dans les plus brefs délais, en particuliers pour les abonnés qui n'ont plus aucune solution de renouvellement sur Privas ! Nous avons demandé une tolérance au transporteur vis à vis des abonnés qui n'auraient pas pu régulariser leur situation début janvier, sans confirmation officielle à ce jour !

Nous avons aussi interpellé l’ensemble des communes de la Communauté d'agglomération Privas-centre Ardèche et au delà afin que les élus se mobilisent à nos côté.

Une piste pourrait être la vente de billets régionaux à la boutique T'CAP de Privas, comme cela est mis en place à Aubenas avec Toutenbus.

 

Les cheminots nous l'avaient annoncé l'année dernière. Cette fois c'est officiel: la SNCF a décidé de fermer la boutique du Teil ! Après celle de Guilhrand, celles d'Aubenas et en partie celle de la Voulte, c'est la décision de fermer la dernière boutique de la grande moitié sud de l'Ardèche qui vient d'être prise!

Le CUTPSA dénonce avec fermeté cette nouvelle attaque du droit des ardéchois à accéder aux services ferroviaires de la part de la SNCF.

Nous allons bien évidemment participer à l'organisation, avec les cheminots et tous ceux qui y sont attachés, à construction d'une force de défense de cette boutique, comme nous l'avons fait à Aubenas.

Alors que le « projet de loi pour un nouveau pacte ferroviaire » a été présenté cette semaine en Conseil des ministres, le journal Le Monde a publié jeudi 14 une tribune : « Réserver le ferroviaire aux seules grandes villes ne ferait que créer de nouveaux territoires abandonnés de la République ». C’est peu dire que la défense des lignes de proximité fait consensus : en à peine deux jours, le texte avait déjà réuni la signature d'une trentaine de collectifs de voyageurs dans toute la France, dont le CUTPSA et le Collectif pour la Réouverture de la Rive Droite du Rhône aux Trains de Voyageurs, de trois des grandes centrales syndicales représentatives de cheminots (CFDT, CGT, Sud Rail), et d'élus de tous mandats et de tous bords politiques, de droite à gauche en passant par la majorité.

Alors que le gouvernement a annoncé ne pas vouloir décider la fermeture de 9000 kilomètres de lignes « depuis Paris », la tribune dénonce le risque d'un abandon caché. En transmettant la patate chaude aux régions sans leur transmettre les moyens financiers, on se retrouverait avec de nouveaux territoires abandonnés de la République. En clair, ça sera le train pour les régions les plus riches, et le tout-routier pour les autres, avec les conséquences que l'on connaît en termes de pollution, d'accidents et de congestion.

Un renouveau du ferroviaire est possible

Deux solutions existent pour l'avenir des lignes de proximité. La disparition est la solution la plus simple car elle évite de réfléchir. C'est en substance la teneur du message véhiculé par le rapport Spinetta. L'autre nécessite un peu plus d'intelligence pour la mettre en œuvre : miser, un peu, sur la maîtrise des coûts et, surtout, sur l'augmentation du trafic sur les lignes dont le potentiel est très loin d'être capté car le service offert n’est pas assez attractif. C'est pourquoi les signataires de la tribune demandent à l'État de jouer son rôle d'aménagement du territoire, en menant une politique plus volontariste en faveur du train. Celle-ci pourrait s'appuyer sur :

- le financement de la rénovation des lignes de proximité, en développant l'offre et les services, notamment la complémentarité avec le vélo, pour faire revenir de nombreux voyageurs.

- un renouveau des trains classiques de jour et de nuit, avec des liaisons transversales, régionales et internationales permettant de valoriser les lignes de proximité pour les liaisons longues distances.

- la mise en place d'une véritable fiscalité écologique pour remettre les camions sur les rails et financer la transition écologique dans les transports.

 Pour ce qui concerne notre situation en Ardèche, déjà désert ferroviaire depuis de nombreuses années, cela doit se décliner par:

-la réouverture rapide de la rive droite aux trains de voyageurs, dont un financement à hauteur de 20 M€ (10 M€ région et 10 M€ état) pour une réouverture en 2017 a été votée le 8 mai 2015 par la région dans le cadre du volet ardéchois du Contrat de Plan État-Région, et dont la région Occitanie a décidé la réouverture pour la partie gardoise dans les mois prochains.


-la perspective de réouverture de lignes pénétrantes vers Annonay, Privas, Aubenas, Vallon Pont d'Arc, comme cela avait été voté par la région Rhône-Alpes dans son Schéma Régional des Infrastructures de Transports. (En PJ une carte du projet de réseau extraite du SRIT).

-la réouverture des boutiques SNCF